PRISE DE POSITION SUR L'AVENIR DE L'ANGLICANISME GLOBAL


Que l'Éternel soit loué !
Oui, qu'il est bon de célébrer notre Dieu en musique et qu'il est agréable de le louer ainsi qu'il en est digne. L'Éternel rebâtit Jérusalem; il y rassemblera les déportés du peuple d'Israël. (Psaume 147 : 1-2)

Chers frères et sœurs en Christ : nous, les participants à la Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global, vous saluons de Jérusalem !

Introduction
La Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global (GAFCON), qui s'est tenue à Jérusalem du 22 au 29 juin 2008, constitue un mouvement spirituel destiné à sauvegarder et à faire valoir la vérité et le pouvoir de l'Évangile du salut en Jésus-Christ tel que nous Anglicans l'avons reçu. Il s'agit d'un mouvement global car il mobilise des Anglicans du monde entier. Nous sommes Anglicans : 1 148 participants laïcs et ecclésiastiques, dont 291 évêques représentant des millions de Chrétiens anglicans fidèles. Nous chérissons notre héritage anglican ainsi que la Communion anglicane et n'avons nulle intention de nous en séparer. Nous croyons par ailleurs que, sous la providence divine, l'Anglicanisme est voué à un avenir brillant en vertu de l'obéissance envers notre Seigneur qui, dans sa Grande Commission, nous dit de faire des disciples parmi tous les peuples et de construire l'Église sur les fondements de la vérité biblique (Matthieu 28 : 18-20, Éphésiens 2 : 20).

La GAFCON est plus qu'un événement dans le temps; c'est un mouvement dans l'Esprit. Ainsi est-il que, par les présentes :

•    nous lançons le mouvement GAFCON en tant qu'une communauté d'anglicans confessants;
•    nous publions la Déclaration de Jérusalem, qui constitue les assises de cette communauté;
•    nous prions les primats participant à la Conférence GAFCON de créer un conseil.

Mise en situation de l'Anglicanisme global
L'avenir de la Communion anglicane n'est qu'un des volets d'un scénario plus vaste fait des possibilités et des défis qui se présentent à l'Évangile dans la culture globale du XXIe siècle. Notre joie est grande de voir comment Dieu ouvre les portes pour la mission évangélique chez de nombreux peuples. Cependant, nous sommes peinés de constater le déclin spirituel dans les pays les plus développés économiquement où les forces du laïcisme et du pluralisme militants érodent l'édifice social et le témoignage des églises se trouve compromis et affaibli. Le vide ainsi créé est comblé volontiers par d'autres confessions et des cultes trompeurs. Afin de relever ces défis, les Chrétiens devront collaborer afin de comprendre ces forces, de s'y opposer et de libérer ceux et celles qui en subissent l'influence. Pour ce faire, il faudra planter de nouvelles églises afin d'y intégrer les non avertis. Il faudra également s'engager à ramener les églises compromises au Christianisme authentique.

Présente sur six continents, la Communion anglicane est bien placée pour relever ce défi, mais à présent elle est divisée et préoccupée. La Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global répond donc à une crise au sein de la Communion anglicane, crise qui touche à trois faits incontestables relativement à l'anglicanisme mondial :

Premier fait : L'acceptation et la promotion au sein des provinces de la Communion anglicane d'un « évangile » différent (voir Galates 1 : 6-8) qui s'oppose à l'Évangile apostolique. Ce faux évangile sape l'autorité de la Parole écrite de Dieu ainsi que l'unicité de Jésus-Christ en tant qu'auteur du salut faisant échapper au péché, à la mort et au jugement. Bon nombre des partisans de ce faux évangile prétendent que toutes les religions offrent un accès égal à Dieu et que Jésus n'est qu'un des chemins, et non pas le Chemin, la Vérité et la Vie. Ce faux évangile promouvoit une variété de préférences sexuelles et de comportements immoraux comme étant un droit universel de l'homme. Il revendique la bénédiction de Dieu pour les unions de personnes du même sexe, et ce à l'encontre de l'enseignement biblique relatif au saint mariage. En 2003, ce faux évangile aboutit à la consécration d'un évêque qui vit une relation homosexuelle.

Deuxième fait : Les instances provinciales du Sud global se sont déclarées hors communion avec les évêques et les églises qui prônent ce faux évangile. Ces déclarations se sont soldées par un nouvel alignement conduisant des Chrétiens anglicans fidèles à quitter des paroisses, diocèses et provinces territoriaux de certaines églises occidentales pour se joindre à d'autres diocèses et provinces de la Communion anglicane. De plus, ces actions ont mené à la nomination de nouveaux évêques anglicans à la tête de régions géographiques déjà présidées par d'autres évêques anglicans. Donc, un réalignement important a eu lieu et se poursuivra.

Troisième fait : Il est bien évident que les Instruments de communion n'ont pas pu exercer la discipline face à l'hétérodoxie manifeste. En proclamant ce faux évangile, l'Église épiscopalienne des États-Unis et l'Église anglicane du Canada s'obstinent à faire fi à la Déclaration de Lambeth datant de 1998 relativement au principe de morale fondé sur la Bible (Résolution 1.10). Malgré de nombreuses réunions ainsi que de nombreux rapports transmis les « Instruments de l'Unité » et ces mêmes instances, aucune action efficace n'a été posée, et les évêques à la tête de ces églises impénitentes sont accueillis à Conférence de Lambeth en 2008. La situation est d'autant plus grave qu'à présent les promesses d'exercer la discipline n'ont pas eu de suite; l'autorité de la Réunion des primats se trouve compromise; la Conférence de Lambeth a été structurée de façon à contourner toute décision difficile. La conclusion accablante et incontournable : nous sommes une Communion globale dotée d'une structure coloniale.

Malheureusement, cette crise a déchiré le tissu de la Communion à tel point qu'il est impossible de le réparer par des retouches. En même temps, la crise rallie de nombreux Anglicans à travers le monde qui tissent des liens personnels et pastoraux pour donner lieu à une communauté encore fidèle à l'enseignement biblique et qui reflète mieux la répartition démographique de l'Anglicanisme global de nos jours et s'avère plus puissante en tant qu'instrument de mission, de ministère et de participation sociale.

Une communauté d'anglicans confessants
Nous, les participants à la Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global, formons une communauté d'Anglicans confessants au profit de l'Église et de l'avancement de sa mission. Nous sommes une communauté de personnes unies dans la communion (koinomia) du seul Esprit et engagées à œuvrer et à prier ensemble dans la mission commune du Christ. Il s'agit d'une communauté confessante car ses membres confessent la foi du Christ crucifié, tiennent fermement à l'Évangile dans le contexte global anglican, et affirment une règle contemporaine, c'est-à-dire la Déclaration de Jérusalem, comme apte à guider le mouvement vers l'avenir. Nous sommes une communauté d'Anglicans constituée de provinces, de diocèses, d'églises, de juridictions missionnaires, d'organismes para-églises et de Chrétiens anglicans individuels qui cherchent tous à réformer, à guérir et à revitaliser la Communion anglicane et à élargir la mission de celle ci dans le monde.

Notre communauté ne quitte pas la Communion anglicane. Tout comme de nombreux autres Anglicans fidèles à travers le monde, nous croyons à la base doctrinale de l'Anglicanisme, qui définit notre identité fondamentale en tant qu'Anglicans et s'exprime ainsi : La doctrine de l'Église se fonde sur les Saintes Écritures et sur les enseignements des anciens Pères et Conseils de l'Église qui s'accordent avec ces Écritures. Plus particulièrement, cette doctrine s'énonce dans les trente-neuf Articles de religion, le Livre de prière commune et l'Ordinal. Nous avons l'intention de rester fidèles à cette norme, et nous invitons les autres membres de la Communion de réaffirmer cette norme et d'y retourner. Tout en reconnaissant le rôle de Canterbury en tant que siège historique, nous n'acceptons pas que l'identité anglicane soit déterminée nécessairement à travers la reconnaissance venant de l'archevêque de Canterbury. Prenant inspiration de cette base doctrinale de l'identité anglicane, nous publions par les présentes la Déclaration de Jérusalem en tant que l'assise de notre communauté.

LA DÉCLARATION DE JÉRUSALEM
Au nom de Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit :
Nous, les participants à la Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global, sommes réunis dans ce pays où Jésus vint au monde. Nous exprimons par les présentes notre loyauté, en tant que disciples, envers le Roi des Rois, le Seigneur Jésus. C'est avec joie que nous acquiesçons à son commandement de proclamer la réalité de son royaume, commandement qu'il a d'abord donné sur ce sol même. L'Évangile du royaume, c'est la Bonne Nouvelle du salut, de la libération, de la transformation pour tous. À la lumière de ce qui précède, nous nous engageons à ouvrir ensemble une voie qui favorise et protège l'Évangile et la mission globale annoncés dans la Sainte Bible, tout en déclarant solennellement les croyances orthodoxes ci-dessous exposées et qui sous-tendent notre identité anglicane :
1.    Nous nous réjouissons de l'Évangile de Dieu, en vertu duquel nous sommes sauvés par la grâce au moyen de la foi en Jésus-Christ et de la puissance du Saint-Esprit. Parce que Dieu nous a d'abord aimés, nous l'aimons et, en tant que croyants, manifestons les fruits de l'amour, le repentir continuel, l'espoir vivant, la reconnaissance envers Dieu en toutes choses.
2.    Nous croyons que les Saintes Écritures tant de l'Ancien que du Nouveau Testament sont la Parole écrite de Dieu et qu'elles contiennent tout ce qui est nécessaire au salut. La Bible doit être interprétée, lue, prêchée, enseignée, accordée obéissance dans son sens simple et canonique, tout en respectant l'interprétation historique consensuelle que l'Église en donne.
3.    Nous confirmons les quatre Conseils oecuméniques ainsi que les trois Symboles et Credo historiques constituant la profession de foi de l'Église unie, sainte, catholique et apostolique.
4.    Nous affirmons les trente-neuf Articles de religion comme présentant la vraie doctrine de l'Église, s'accordant avec la Parole de Dieu et faisant autorité pour les Anglicans de nos jours.
5.    C'est volontiers que nous proclamons la Seigneurie unique, universelle de Jésus-Christ, Fils de Dieu, et que nous nous soumettons à ce Jésus qui, seul, délivre l'humanité du péché, du jugement et de l'enfer, qui vécut la vie que nous sommes incapables de vivre et souffrit la mort que nous méritons. De par sa mort expiatrice et sa glorieuse résurrection, il obtint la rédemption pour tous ceux et toutes celles qui viennent à lui avec repentir et foi.
6.    Nous nous réjouissons des sacrements et de la liturgie qui constituent le patrimoine anglican en tant qu'expression de l'Évangile, et nous soutenons le Livre de prière commune datant du 1662 comme étant l'étalon véritable qui fait autorité en matière d'adoration et de prière, étalon qui est à traduire et à adapter sur le plan local pour les différentes cultures.
7.    Nous reconnaissons que Dieu appelle les évêques, les prêtres et les diacres, qui s'insèrent dans la succession historique, et leur prodigue des dons, le tout afin qu'ils préparent tous les peuples de Dieu à accomplir leur ministère dans le monde. Nous confirmons l'Ordinal anglican classique en tant qu'un étalon faisant autorité pour les ordres cléricaux.
8.    Nous reconnaissons que Dieu créa l'humanité mâle et femelle et que la norme immuable du mariage chrétien comme étant l'union entre un seul homme et une seule femme constitue le cadre approprié pour l'intimité sexuelle ainsi que le fondement de la famille. Nous nous repentons d'avoir manqué de préserver cette norme, et nous appelons à un engagement renouvelé envers la fidélité matrimoniale toute la vie durant et l'abstinence pour les personnes non mariées.
9.    Nous acceptons volontiers la Grande Commission du Seigneur ressuscité de faire des disciples de toutes les nations, de chercher ceux et celles qui ne connaissent pas le Christ, de baptiser et d'enseigner les nouveaux croyants afin qu'ils atteignent la maturité.
10.    Nous sommes conscients de notre responsabilité de bien régir la création de Dieu, de promouvoir et de défendre la justice au sein de la société, d'œuvrer pour le soulagement et l'habilitation des pauvres et des indigents.
11.    Nous sommes attachés à l'unité et à l'harmonie parmi toutes les personnes qui connaissent et aiment le Christ, et nous cherchons à tisser entre elles d'authentiques rapports oecuméniques. Nous reconnaissons les ordres cléricaux et l'autorité des Anglicans qui défendent la foi orthodoxe et les pratiques y afférentes, et nous les invitons à s'associer à cette Déclaration que nous faisons.
12.    Nous célébrons cette diversité que Dieu accorde entre nous et qui enrichit notre communauté globale, et nous reconnaissons la liberté qui est la nôtre en matière de questions secondaires. Nous nous engageons à chercher la pensée du Christ lorsqu'il s'agit de questions importantes qui nous divisent.
13.    Nous rejetons l'autorité des églises et des leaders qui renient la foi orthodoxe par leurs paroles ou leurs gestes. Nous prions pour ceux-ci et insistent pour qu'ils se repentent et reviennent à Dieu.
14.    Nous nous réjouissons de la perspective du retour de Jésus dans la gloire; en attendant ce dénouement de l'histoire, nous louons Jésus pour l'édification de son Église au moyen de son Esprit en changeant les vies de façon miraculeuse.

La Voie qui s'ouvre
Nous pensons que, pendant cette semaine à Jérusalem, le Saint Esprit nous a guidés à commencer une nouvelle œuvre. L'expansion de cette communauté demandera une multitude de décisions importantes ainsi que plus de temps, de prière, de délibérations. Nous chercherons, par exemple, à élargir la participation dans cette communauté au-delà des personnes qui sont venues à Jérusalem, y compris la coopération avec le Sud global et le Conseil des provinces anglicanes en Afrique. Nous discernons déjà certaines étapes importantes le long de la voie qui s'ouvre.

Un Conseil de primats
Nous, les participants à la Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global, reconnaissons par les présentes les primats participant à la GAFCON qui nous ont convoqués ici, et nous les encourageons à créer le premier Conseil du mouvement GAFCON. Nous anticipons avec enthousiasme l'élargissement de ce Conseil et prions les primats de structurer et d'étendre la communauté des Anglicans confessants.

Nous engageons vivement le Conseil de primats de valider et de reconnaître les juridictions, clergés et congrégations anglicans confessants et d'encourager tous les Anglicans à promouvoir l'Évangile et à défendre la foi.

Nous reconnaissons qu'il serait souhaitable d'instaurer un régime de juridiction territoriale pour les provinces et les diocèses de la Communion anglicane, sauf dans les régions où les églises et les leaders renient la foi orthodoxe ou font obstacle à son rayonnement, et dans quelques régions où des juridictions superposées s'avèrent profitables pour des raisons historiques ou culturelles.

Nous rendons grâce à Dieu pour les actions courageuses des primats et des provinces qui ont offert la surveillance orthodoxe aux églises actuellement sous un faux leadership, surtout en Amérique du Nord et du Sud. Les actions de ces primats constituent une réponse positive aux besoins pastoraux et aux opportunités de mission. À notre avis, de telles actions seront encore nécessaires à l'avenir et nous les appuyons au profit du monde entier.

À notre avis, nous sommes arrivés à un tournant critique, où le Conseil de primats devra mettre en place des structures conçues pour diriger et étayer l'Église. En particulier, nous croyons que le temps est venu de créer une province en Amérique du Nord au profit de la fédération connue actuellement comme le Partenariat de la Cause commune, pour que cette province soit reconnue par le Conseil de primats.

Conclusion : Message de Jérusalem
Nous, les participants à la Conférence sur l'avenir de l'anglicanisme global, avons été convoqués à Jérusalem en juin 2008 par l'équipe de leadership des primats afin de réfléchir sur la crise qui divise la Communion anglicane depuis une dizaine d'années et de nous orienter vers l'avenir. Nous avons visité des lieux saints; nous avons prié ensemble; nous avons entendu la Parole de Dieu prêchée et interprétée; nous avons appris des leçons de divers intervenants et enseignants; nous avons partagé nos pensées et nos espoirs.

La réunion qui s'est tenue cette semaine à Jérusalem fut convoquée avec un sentiment d'urgence en constatant qu'un faux évangile a tant paralysé la Communion anglicane qu'il faut adresser cette crise. La plus grande menace découlant de ce différend est le risque de compromettre l'intégrité de la mission globale de l'Église. Avant tout, nous sommes venus à Jérusalem et avons publié cette Prise de position, dont la Déclaration, afin de libérer nos églises pour qu'elles puissent porter témoignage à Jésus-Christ de façon sûre et sans tare.

Nous espérons que cette Prise de position sur l'avenir de l'anglicanisme global sera reçue avec joie et réconfort par les nombreux Anglicans dans le monde qui sont troublés par l'orientation que prend la Communion. Nous croyons que la Communion anglicane devrait être restructurée autour de l'Évangile biblique et du mandat biblique d'aller faire connaître le Christ aux peuples du monde entier.

Jérusalem
Fête de Saint Pierre et Saint Paul
29 juin 2008